Les Journées européennes du Patrimoine 2016 sont une « fabrique de territoire »

Les 17 et 18 septembre 2016 se tiennent dans toute la France d’innombrables manifestations culturelles qui se recommandent des « Journées européennes du patrimoine ». Quel en est le sens général ? Comment analyser le fait que le ministère de la Culture ait proposé cette année le thème de « Patrimoine et citoyenneté » ? Nous avons interrogé à ce sujet Bernard MÉRIGOT.

Journées européennes du patrimoine,
Patrimoine et citoyenneté,
17-18 septembre 2016

Question. Que doit-on penser de l’engouement des Français pour « le patrimoine » ?
Bernard MÉRIGOT.
Il y a eu un effet de mode évident, et il y a un engouement médiatique qui perdure depuis vingt-cinq ans en France. Il répond à une « demande sociale », ce qui est une explication rapide et une justification facile. L’analyse est complexe et ne saurait se limiter aux simples commentaires de sondages d’opinion. La question est « De quoi le patrimoine est-il le nom ? ». Pourquoi cette attirance, ce tropisme, cet ancrage pour des lieux ? On s’aperçoit qu’aucun lieu n’est jamais anodin, jamais muet. Chacun est identifié symboliquement comme porteur d’une histoire, c’est-à-dire d’un récit. « Il s’est passé quelque chose ici, et il s’y passe encore quelque chose. Je veux y être. ». Cette position symbolique comporte une dimension mystique : c’est ce que l’on appelle la « composition du lieu ». Relisez saint Ignace de Loyola.

Journées européennes du Patrimoine au Lycée Jean-Baptiste Corot de Savigny-sur-Orge :
les portes sont ouvertes
©Photo CAD / BM 2016

A LA RECHERCHE DE L’IDENTITÉ PERDUE

Question. Comment analyser cette « demande sociale » ?
Bernard MÉRIGOT.
La sociologue et anthropologue Catherine NEVEU faisait la remarque suivante en 2004 : « Qu’il s’agisse de nombreuses politiques publiques contemporaines ou d’initiatives visant une redynamisation des pratiques citoyennes  « le territoire » et « le local » sont devenus des figures récurrentes des discours tant politiques que scientifiques. Parée de toutes les vertus (proximité, pragmatisme, efficacité, échelle idéale d’un rapport concret au politique, ressources de solidarité et d’identité retrouvées), l’inscription dans l’échelle locale, notamment dans sa figure urbaine du quartier, est fréquemment présentée comme le remède à nombre de maux de nos sociétés modernes . » (1)

Les emblèmes sont connus : monuments, châteaux, églises… Leur vision s’appuie généralement sur une appréciation positive des vertus « naturelles » de la petite échelle. Le quartier est associé à une vision parfois irénique du « village dans la ville », incluant toutes les étapes du cycle de vie : une société locale de petite taille alimente l’imaginaire européen d’un état « naturel » des choses ». Le « quartier » est alors vu comme un espace de solidarité, d’identité et de convivialité, naturellement doté de vertus de réconciliation et d’efficacité : « Le territoire est énoncé comme un lieu de la non-contradiction, d’une «euphémisation» des conflits, de l’établissement tous les consensus. Il devient un “mot-étendard”.

« Plan des château et parc de Savigny-sur-Orge
appartenant à Monsieur Ramiro de la Puente, Marquis de Alta-Villa (…)
dressé par C. Noël, géomètre à Juvisy, MDCCCLXXXII » (1882)
Lycée Jean-Baptiste Corot, Salle des Actes (2e étage du château)
©   Photo CAD / BM 2016

PATRIMOINE ET CITOYENNETÉ

Question. Vous ne croyez pas en l’existence spontanée de liens naturels entre un territoire et son patrimoine ?
Bernard MÉRIGOT.
Il n’existe pas de lien « allant de soi » entre patrimoine, identité, territoire et engagement citoyen. Ce lien ne peut en aucun cas être validé d’emblée. En revanche, il doit être – comme on dit – « problématisé ». Quels sont les processus de construction politique des territoires ? Comment saisir la jonction entre les pratiques collectives et les politiques publiques ? Comment s’articulent les identités locales, les engagements collectifs, les objets publics et les constructions territoriales ? Autrement dit, quelles sont « les échelles de citoyenneté » ? Y a-t-il continuités ou rupture dans les chaînes de transmission. Autant de questions d’actualité qui éclaire le choix du thème « Patrimoine et citoyenneté » en 2016.

Toute visite guidée d’un site patrimonial – et tout lieu possède potentiellement ce caractère  -  est une déambulation, un parcours fait d’avancées et de poses, d’escaliers montés et descendus, d’arrêts, de paroles et de silences. C’est un moment particulier, pour le lieu (un moment d’ouverture), pour les visiteurs (en tant que personne, à titre individuel, et en tant que groupe éphémère), pour l’organisateur. Elle se prépare. Elle suscite des attentes, des récits, des questions. Est-elle un moment fugace ? Il faut espérer que les ancrages qu’elle produit ait des suites.

Journées européennes du Patrimoine
Lycée Jean-Baptiste Corot, Savigny-sur-Orge
17 septembre 2016
DOCUMENT

PATRIMOINE ET CITOYENNETÉ

« Le thème de cette année « Patrimoine et citoyenneté » nous renvoie aux sources même de cette manifestation créée en 1984 : celle d’une appropriation par tous d’un bien commun, d’une histoire commune. Le patrimoine et la citoyenneté sont deux notions dont la jonction raconte notre histoire, notre passé, mais dessine aussi notre présent et notre avenir.
Aussi je me réjouis de ce grand moment de célébration collective que sont les Journées européennes du patrimoine qui se tiendront les 17 et 18 septembre prochains avec plus de 17 000 monuments ouverts au public et plus de 26 000 animations en métropole et dans les outre-mer.
Lieux symboliques de la naissance de la citoyenneté, lieux historiques de sa constitution, lieux actuels de pratique et d’exercice quotidiens : nombreux sont les monuments à visiter ou à revisiter à l’aune de cette notion fondatrice de la République, qu’ils soient habituellement ouverts au public ou qu’ils ne se visitent qu’exceptionnellement lors de ces Journées.
En cette période où l’esprit civique est plus que jamais appelé à se manifester, il importe de rappeler que le patrimoine est à la fois un symbole de la citoyenneté française, et un lieu où elle peut trouver à s’exercer et à se renforcer. La pleine appropriation du patrimoine renforce le lien social. C’est une fierté qui peut aussi servir de ferment au développement économique. Nous pourrons tous dessiner, lors de ces visites, un parcours du patrimoine de la citoyenneté à travers la France et saisir la force de ce lien social qui nous unit tous.
Je remercie les propriétaires publics et privés, les associations et nos partenaires privés, media et institutionnels, qui font le succès de cet événement et vous souhaite de très belles Journées européennes du patrimoine.
Audrey Azoulay, Ministre de la Culture et de la Communication »
RÉFÉRENCE
AZOULAY Audrey,
Patrimoine et société, éditorial aux Journées européennes du Patrimoine 2016, 20 juin 2016. http://journeesdupatrimoine.culturecommunication.gouv.fr/Edition-2016/Editorial-de-la-Ministre

RÉFÉRENCES

1. NEVEU Catherine, « Une « petite fabrique de territoire » : quartiers et citoyenneté à Roubaix », Ethnologie française 1/2004 (Vol. 34), p. 59-66.

2. En 1992, Jack LANG, ministre de la Culture, change de nom des Journées portes ouvertes dans les monuments historiques qui deviennent les Journées nationales du patrimoine. En 2000, la manifestation prend le nom de Journées européennes du patrimoine. Depuis 1995, un thème général est proposé.

1995. 100e anniversaire du cinéma. 10e anniversaire des CoRePHAE (Commissions régionales du patrimoine historique, archéologique et ethnologique). Les parcs et jardins
1996. Patrimoine et littérature. Patrimoine et lumière
1997. Patrimoine, fêtes et jeux. Patrimoine industriel. Patrimoine et lumière
1998. Métiers et savoir-faire
1999. Patrimoine et citoyenneté. L’Europe, un patrimoine commun
2000. Patrimoine du XXe siècle
2001. Patrimoine et associations. Commémoration du centenaire de la loi du 3 juillet 1901
2002. Patrimoine et territoires
2003. Patrimoine spirituel. Le bicentenaire de la naissance de Mérimée. La restauration du Château de Lunéville
2004. Patrimoine, sciences et techniques
2005. J’aime mon patrimoine. Deux jours pour manifester son attachement au patrimoine
2006. Faisons vivre notre patrimoine
2007. Les métiers du patrimoine : des hommes et des femmes au service des biens culturels
2008. Patrimoine et création
2009. Un patrimoine accessible à tous
2010. Les grands Hommes. Quand femmes et hommes construisent l’Histoire
2011. Le voyage du patrimoine
2012. Les patrimoines cachés
2013. Cent ans de protection
2014. Patrimoine culturel. Patrimoine naturel.
2015. Le patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir
2016. Patrimoine et citoyenneté

ARTICLES EN LIGNE

Château de Savigny-sur-Orge
Lycée Jean-Baptiste Corot
Louis-Nicolas DAVOUT

ARTICLES EN LIGNE sur http://blog.ac-versailles (Lycée Jean-Baptiste Corot, Savigny-sur-Orge)

ARTICLES EN LIGNE SUR http://www.portes-essonne-environnement.fr

  • MONNIOTTE-MÉRIGOT, Sylvie, « Journées européennes du patrimoine 2016. Entrez dans l’histoire du lycée Jean-Baptiste Corot de Savigny-sur-Orge », 16 septembre 2016. http://portes-essonne-environnement.fr/journees-europeennes-du-patrimoine-2016-entrez-dans-lhistoire-du-lycee-jean-baptiste-corot-de-savigny-sur-orge/
    « Le thème retenu pour les Journées européennes du patrimoine 2016 par le ministère de la Culture et de la communication est celui du patrimoine et de la citoyenneté. Pour la première fois de son histoire, le lycée Jean-Baptiste Corot de Savigny-sur-Orge ouvre ses portes aux parents d’élèves de seconde et de première conviés à des réunions parents/professeurs/direction et à une visite patrimoniale ce samedi 17 septembre 2016 » …

ARTICLES EN LIGNE sur http://savigny-avenir.info

ARTICLES référencés par Google

  • Des lettres autographes du Maréchal Davout en vente | Savigny-Avenir www.savigny-avenir.fr/2012/…/des-lettres-autographes-du-marechal-davout-en-vente… 3 juin 2012 – Elle a été adressée par Louis Nicolas DAVOUT au baron FAIN, … Le maréchal Davout et sa famille à Savigny-sur-Orge, Arobace Éditions, …
  • Des objets du Maréchal Davout vendus aux enchères | Savigny-Avenir www.savigny-avenir.fr/2011/…/des-objets-du-marechal-davout-vendus-aux-encheres/ 25 mai 2011 – Articles publiés sur le site « savigny-avenir.info » en mai 2011 → … Le Maréchal Davout, qui fait l’acquisition du château de Savigny en 1802, …
  • La dynastie Vigier (1760-1894) | Savigny-Avenir www.savigny-avenir.fr/1995/06/05/la-dynastie-vigier-1721-1894/ 5 juin 1995 – La famille Vigier fréquente la famille Davout, propriétaire du … Mention du présent article : http//www.savigny-avenir.info/ISSN 2261-1819. BNF.

Mention du présent article http ://www.savigny-avenir.info
ISSN 2261-1819
Dépôt légal du numérique, BNF 2016

This entry was posted in Histoire communale, Histoire de Savigny-sur-Orge, Histoire des établissements d'enseignement, Histoire locale, Journées européennes du Patrimoine, Lycée Jean-Baptiste Corot, Mémoire des lieux, Mémoire et territoire, Mémoire publique, Passeurs de mémoire, Patrimoine culturel de Savigny-sur-Orge, Patrimoine des lycées, Savigny-sur-Orge. Bookmark the permalink.

Comments are closed.