Histoire de l’école primaire catholique de Saint-Jean-de-Monts

HISTOIRE DES ÉCOLES, ÉCOLE DE L’HISTOIRE

Les écoles sont des institutions publiques qui, comme toutes les collectivités, possèdent chacune, dans un cadre général, une histoire qui lui est propre. Cette histoire se fonde sur  plusieurs mémoires :

  • une mémoire matérielle attachée à des lieux et à des objets et des documents matériels (locaux, photographies, objets, livres scolaires, cahiers, publications, etc.),
  • une mémoire immatérielle faite de souvenirs, à la fois de ceux qui les ont fréquenté dans le passé et de ceux qui y travaillent aujourd’hui.

Se pencher aujourd’hui dans les années 2010 sur l’histoire d’une école particulière dans les années  1960 – c’est-à-dire un demi-siècle après – ce n’est pas seulement se pencher sur telle ou telle histoire particulière, mais c’est être confronté tout simplement au contenu des matières enseignées, à leurs références et au rapport que le discours de l’époque entretenait avec les savoirs et l’histoire du temps. C’est ce que nous enseignent les manuels scolaires utilisés par les écoles primaires catholiques de Saint-Jean-de-Monts.

En Route, Lectures courantes pour le cours élémentaire, de H. FILLOUX. Éditions de l’École, 1957. Couverture. Illustrations de René Bresson. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.

LA SABLAISE ET SŒUR MARIE-NOËL

Les manuels scolaires utilisés dans les écoles sont précieux pour connaître aussi bien  les références utilisées dans les cours, que les choix des livres effectués par les établissements et les enseignants. La présence sur la page de garde d’un cachet de l’établissement montre que l’exemplaire que l’on a entre les mains a été acheté par cet établissement et a été utilisé par des élèves. La plupart du temps, l’état du livre prouve – si besoin était – son usage par plusieurs élèves successifs.

Dans la fin des années 1950, et au début des années 1960, les élèves de Cours élémentaire de l’ « École libre de garçons de Saint-Jean-de-Monts (Vendée) », comme l’indique le tampon apposé sur la page de garde, ont comme manuel de lectures courantes le livre En Route de H. FILLOUX, des Éditions de L’École. (1)

«École libre de Garçons,  Saint-Jean-de-Monts, Vendée». Tampon apposé sur un exemplaire du livre En Route, Lectures courantes pour le cours élémentaire, de H. FILOUX. Éditions de l’École, 1957. Illustrations de René Bresson. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.

Des neuf chapitres de En Route, nous retiendrons celui qui est intitulé « En voiture pour Les Sables » qui se déroule précisément en Vendée, aux Sables d’Olonne. (pp. 107-130).

« En voiture pour Les Sables d’Olonne », extrait de En Route, Lectures courantes pour le cours élémentaire, de H. FILLOUX. Éditions de l’École, 1957, p. 113. Illustration de René Bresson. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.

« Le plus beau voyage » est un chapitre qui fait le récit de la mission d’une religieuse en Afrique, à Douala, au Cameroun.  Il termine le livre sur ce paragraphe : « Le plus beau voyage de sœur Marie-Noël, qui va porter aux Noirs la parole du Seigneur et l’amitié de la France, n’est-ce pas le plus beau voyage ? »  (2) p. 155

« Le plus beau voyage», extrait de En Route, Lectures courantes pour le cours élémentaire, de H. FILLOUX. Éditions de l’École, 1957, p. 137. Illustration de René Bresson. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.

L’HOMME DE LA MISÈRE

Le coucou a chanté, Lecture courante pour le cours préparatoire.  Éditions de l’École, 1964, Couverture.  Illustration de C. Lazennec. Fonds Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.

Dans le début des années 1960, les jeunes filles de classe préparatoire âgées de 6 à 7 ans  qui fréquentent l’école catholique de Saint-Jean-de-Monts étudient avec le livre de lecture courante  Le coucou a chanté, de H. FILLOUX, publié aux éditions de l’École. (3)

«École catholique de Filles, Saint-Jean-de-Monts, Vendée». Tampon apposé sur un exemplaire du livre Le coucou a chanté, Lecture courante pour le cours préparatoire.  Éditions de l’École, 1964, 128 pages.  Illustrations de C. Lazennec.  Exemplaire portant le cachet « École Catholique de Filles, Saint-Jean-de-Monts, 85 »Fonds Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.

Elles y retrouvent des auteurs dont certains sont peu différents de ceux qui sont étudiés dans les écoles publiques (Henri POURRAT, Victor HUGO, Fernand GREGH, Jean MORÉAS…). Peut-être une inflexion, une affirmation dans le choix de certains textes faisant référence à Dieu, comme dans cet extrait de L’homme de la misère. (4)


« L’Homme de la Misère. Voulez-vous demander quelque chose pour eux au bon Dieu. Il est si bon. Saint-Pierre. Je vais essayer. ». Henri POURRAT, «L’Homme de la Misère», in Contes de la Bûcheronne, Mame. Extrait de Le Coucou à chanté, Lecture courante pour le cours préparatoire.  Éditions de l’École, 1964, p.112. Illustrations de C. Lazennec. Exemplaire portant le cachet « École Catholique de Filles, Saint-Jean-de-Monts, 85 ». Fonds Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.

L’AVENIR EST DANS LES CAHIERS

An début des années 1960, comme l’indique le tampon figurant sur le page de garde qui porte la mention « École libre de Garçons de Saint-Jean-de-Monts (Vendée) », les élèves de deuxième année du Cours moyen (Classe de septième) utilisent  Notre livre de Français, II. Le vocabulaire et la rédaction, édité par LIGEL. La couverture d’un bleu très sobre, voir austère, est illustrée par une vue en perspective de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le livre a pour auteurs « Une réunion de professeurs », et leurs noms nous demeurent donc inconnus. (5)

Il s’ouvre par un premier chapitre, sous le titre « L’École. Aimez vos cahiers », par un texte de Jean GUITTON (1901-1999) extrait de Conseils à deux enfants de France (p.9-10). « Je juge de l’avenir d’un enfant en voyant ses cahiers ». (6)

Il se termine par un chapitre intitulé « La Patrie » qui rassemble des textes de René BAZIN, Émile SOUVESTRE, Alfred de VIGNY, Jean D’ESME, Gonzague TRUC, et Philéas LEBESGUE. La place centrale est occupée par deux textes de René BAZIN extraits de La Douce France : le premier « Notre patrie », le second un récit de la jeunesse de Jeanne d’Arc.

« LES HOMMES OBÉISSAIENT À LA LOI DE DIEU »

Il faudrait faire l’histoire du livre La Douce France de René BAZIN (1853-1932) publié la première fois en 1911, et notamment du succès remporté par le livre et de ses nombreuses rééditions. L’édition de 1933 porte la mention « 87e à 96e mille ».

Dans son avant-propos, il raconte comment le livre La Douce France est né. « Au mois d’août 1909, l’Alliance des maisons d’éducation chrétiennes tenait à Nancy sa trente deuxième assemblée générale. Elle s’occupa, parmi d’autres questions, des livres de lecture courante en usage dans les écoles. Elle fut d’avis qu’il en fallait de nouveaux, et voulut bien m’inviter expressément à en écrire un. » (7) p.VII

« La Patrie », texte de René BAZIN (La Douce France, 19), extrait de Notre livre de Français, II. Le vocabulaire et la rédaction, Cours moyen 2e année (Classe de septième), LIGEL, 1963, p.195. Fonds Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.

Le passage reproduit par le manuel scolaire Notre livre de Français est issu du premier chapitre du livre La Douce France intitulé « La France est toute belle ».

« Il faut être fier d’appartenir à une nation de  vieille civilisation et de vieux renom, qui a donné  tant d’exemples de sainteté, de courage militaire,  de travail, de génie dans les arts et dans les  sciences, de charité dans la vie.

Notre sol est couvert de monuments bâtis par nos artistes pour exalter cette noblesse de la race. On ne citerait guère une commune de France où quelque grand personnage n’ait vécu ou passé. Là même où l’histoire n’a retenu aucun nom, il faut que vous vous souveniez à sa place. Elle n’a pas tout dit.

Dans le même paysage où vous vivez, enfants, presque toujours vos parents ont vécu,  non seulement ceux que vous avez pu connaître,  mais ceux qui respiraient, parlaient et songeaient  au dix-huitième siècle, au quinzième, au treizième, et plus loin encore dans les âges écoulés. Eux aussi, ils ont été associés à la grandeur française.

Quelle part y prenaient-ils ? Celle de  la tâche quotidienne. Les hommes gagnaient le pain de la famille ; les femmes tenaient le ménage; ils obéissaient à la loi de Dieu; ils ne causaient ni trouble dans l’État, ni préjudice à leurs voisins : et cela suffit pour faire une vie  admirable, utile à l’entourage et à toute la nation. Ils ont contribué à l’ordre, à l’aide fraternelle, à l’excellence du métier, à la richesse commune. Ne doutez pas, s’ils ont eu l’occasion d’un dévouement difficile, dans un danger public, qu’ils ne l’aient acceptée et comme il le fallait. Mais leur soumission à la loi de leur état, le progrès de leur expérience, leur âme toute ennoblie par  l’idée d’un ciel à gagner, la famille qu’ils élevèrent pour les continuer : voilà de quoi furent  faits les services certains qu’ils rendirent au pays. Par eux, la France fut soutenue et accrue.

Vous  pouvez dire, quand on vous parle des chansons  de l’ancienne France : « Nos grand’mères les  ont chantées » ; quand on vous parle de ses batailles : « Nos grands-pères les ont combattues » ;  quand on vous parle de ses douleurs : « Nos  grands-parents en ont pleuré » ; quand on vous  parle des vertus de la race : « Ils les avaient » ;  quand on vous parle de la France généreuse,  courtoise et fière, vous pouvez répondre : « Ils  l’ont faite! »  

La terre où vous vivez, enfants, est pleine de ces souvenirs, qu’elle soit du nord ou du midi. Elle a d’autres beautés, comme je l’ai montré, mais celle-là les dépasse toutes. » (8)

Il y a une éloquence, un style magnifique, un contenu engagé qui nous entraîne plus loin que la simple leçon « de Français », par delà la part de nostalgie qu’elle suscite,  pour nous amener à un regard historique. Discours daté, mais pas tant que cela, porteur d’intuitions et d’anticipations, de fulgurances. Retenons que « l’histoire n’a pas tout dit » et  qu’il existe « une France accrue ».

Quant-à la leçon apportée par les siècles passés où « Les hommes gagnaient le pain de la famille ; les femmes tenaient le ménage; ils obéissaient à la loi de Dieu; ils ne causaient ni trouble dans l’État, ni préjudice à leurs voisins ». Que répondre aujourd’hui à cela ?

LIEU DE PAROLE ET LIEU DE VIE

Il demeure qu’un  établissement d’enseignement est un «lieu» particulier – un lieu de parole et un lieu de vie – où des générations d’élèves, d’enseignants, de personnels, de parents… se sont succédé, année scolaire après année scolaire, de septembre à juin. C’est un monde-en-soi, composé d’espaces parallèles qui se connaissent et s’ignorent à la fois.

Il est constitué à la fois par une continuité institutionnelle, marquée par la personnalité et le souvenir des grands « anciens » (fondateurs, chefs d’établissement, enseignants, anciens élèves…) et dans le renouvellement, rythmé par le calendrier de l’année scolaire. Chaque instant est semblable au précédent, et déjà différent. Des élèves arrivent, d’autres partent. De même pour les enseignants.

« L’École de la rue de l’Avenir à Saint Jean de Monts », par Marlène CAILLÉ et Johan VINCENT, Cahiers de l’histoire du pays maraîchin, Publication de la Section Histoire, Arexcpo en Vendée, n°2, mai 2016, p. 4.

L’INDISPENSABLE TRAVAIL
DE RECONSTITUTION MÉMORIELLE

L’École catholique de la rue de l’Avenir a fermé en 2011 et a emménagé dans de nouveaux bâtiments rue de Gaulle. L’ancien site a été démolis et rasé en 2012 pour laisser la place à une résidence pour séniors. Il ne subsiste plus rien du site historique et les archives qui pouvaient y demeurer n’ont pas été conservées.

Chaque institution scolaire constitue un patrimoine commun à ceux qui l’ont fréquenté. Celui-ci n’existe d’abord que d’une façon latente, dispersée et précaire. Il est confronté à des modalités de conservation toujours aléatoires et incertaines Il ne parvient à un état transmissible, qu’à partir du moment où un travail de constitution, de recherche, de construction, d’identification, de conservation, et de publication… est effectué.

D’une façon générale, les institutions publiques – et les institutions d’enseignement n’ échappent pas à cette règle – ne possèdent pas une culture qui les porte à conserver les traces de leur histoire, contrairement à nombre d’établissements anglo-saxons ou germaniques, pour ne citer qu’eux.

Ce sont des initiatives volontaires, individuelles ou associatives, qui entreprennent ces tâches. Parce qu’il ne peut exister de « mémoire » ou de « patrimoine » transmissible sans qu’un travail critique n’ait été conduit. Il ne faut pas confondre les « patrimoines touristiques » (le touriste est celui qui passe sans s’attacher à un lieu), et leurs récits d’apparence, avec le produit – nécessairement pluriel - du travail de la mémoire, toujours collaboratif, attaché à un terrain.

Marlène CAILLÉ et Johan VINCENT s’y sont consacrés. Leurs recherches et leurs publications doivent être saluées comme il convient. (9)

RÉFÉRENCES

1. FILLOUX Henri, En Route, Lectures courantes pour le cours élémentaire, Éditions de l’École, 1957. 158 p. Illustrations de René Bresson. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.
2. FILLOUX Henri,
En Route, Lectures courantes pour le cours élémentaire, Éditions de l’École, 1957. p. 155.
3. FILLOUX Henri,
Le Coucou à chanté, Lecture courante pour le cours préparatoire.  Éditions de l’École, 1964, 128 p. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.
4. FILLOUX Henri,
Le Coucou à chanté, Lecture courante pour le cours préparatoire.  Éditions de l’École, 1964, p. 112.
5. UNE RÉUNION DE PROFESSEURS,
Notre livre de Français, II. Le vocabulaire et la rédaction, Cours moyen 2e année (Classe de septième), LIGEL, 1963, 208 p. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.
6. GUITTON Jean, 
Conseils à deux enfants de France, Éditions Montaigne.
7. BAZIN, René,
La Douce France, J. De Gigord, 1933, 396 p. Avec notes explicatives de Mlle. A. MÉNÉTRIER, professeur à l’École normale.
Il s’agit de l’ « édition d’après guerre » comprenant l’ « Avant-propos » de 1911 et l’ « Avertissement de l’éditeur pour les nouvelles éditions d’après guerre ». L’édition de 1933 porte la mention « 87e à 96e mille ». Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.
8. BAZIN, René,
La Douce France, J. De Gigord, 1933, p. 5-6. La France est toute belle, chapitre I. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.
9. CAILLÉ Marlène et VINCENT Johan, « L’École de la rue de l’Avenir à Saint Jean de Monts », Cahiers de l’histoire du pays maraîchin, Publication de la Section Histoire, Arexcpo en Vendée, n°2, mai 2016, p. 4-19.

RÉFÉRENCES DES MANUELS SCOLAIRES CONSULTÉS

•     « École libre de Garçons de Saint-Jean-de-Monts (Vendée) »
FILLOUX Henri,
En Route, Lectures courantes pour le cours élémentaire, Éditions de l’École, 1957. Illustrations de René Bresson. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.
UNE RÉUNION DE PROFESSEURS,
Notre livre de Français, II. Le vocabulaire et la rédaction, Cours moyen 2e année (Classe de septième), LIGEL, 1963, 208 p. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.

•     « École Catholique de Filles, Saint-Jean-de-Monts, 85 ».
FILLOUX Henri,
Le Coucou à chanté, Lecture courante pour le cours préparatoire.  Éditions de l’École, 1964, 128 p. Fonds du Groupe de Recherche sur le Marais Breton-Vendéen.

Démolition de l’École de la rue de l’Avenir de Saint-Jean-de-Monts (Vendée). État du site le 14 octobre 2012.
©
Photographie CAD/Bernard Mérigot 2012

COMMENTAIRE du 29 septembre 2016

SAINT-JEAN-DE-MONTS.
A LA RECHERCHE DE TÉMOIGNAGES SUR L’ÉCOLE PRIVÉE

L’école catholique Saint-Jean, à Saint-Jean-de-Monts, a été créé à la fin du XIXe siècle. Pour les besoins d’un livre, une équipe de bénévoles est à la recherche de documents et de témoignages. Après avoir écrit un article sur l’école privée des filles, paru dans le numéro deux des Cahiers de l’Histoire du Pays Maraîchin, Marlène Caillé et Johan Vincent ont décidé de continuer l’aventure et l’idée d’un livre sur l’école Saint-Jean, à Saint-Jean-de-Monts, a émergé.
Pour mener à bien ce projet, l’équipe qui s’est constituée est à la « recherche de témoignages de toutes générations. Nous recherchons également des anecdotes du quotidien d’élèves, des documents tels que photos, bons points, livrets de notes… Nous avons d’ailleurs retrouvé un cahier de l’école datant des années 1890. » Et puis il y a aussi ces témoignages comme « l’eau mise dans la cour pour que les gars du marais ne traînent plus sur le chemin de l’école et arrivent plus vite pour jouer avec ces flaques d’eau…”
Johan Vincent, Evelyne Rocheteau, Marlène Caillé, Michel Naulleau, Bernard Pouvreau, Paul Violleau et Damien Ducept, Lucienne Violleau  travaillent sur la reconstitution. Contacts : Damien Ducept au 02 51 58 02 98 ou Marlène Caillé au 02 51 58 61 92 ou Bernard Pouvreau au 02 51 58 65 33 ou Paul Violleau au 02 51 58 08 36 ou Johan Vincent au 06 60 20 31 36.
RÉFÉRENCES
« Saint-Jean-de-Monts. A la recherche de témoignages sur l’école privée », Ouest-France, Édition Challans, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Saint-Jean-de-Monts, Noirmoutier, 29 septembre 2016. http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saint-jean-de-monts-85160/saint-jean-de-monts-la-recherche-de-temoignages-sur-l-ecole-privee-4524479

COMMENTAIRE du 14 septembre 2019
Quelles archives pour l’histoire de l’enseignement catholique ?

Michel LAGRÉE écrivait en 1995 :

« Il existe peu de choses sur l’enseignement qu’on appelle « libre », « privé » ou « catholique » au XXe siècle, en dépit de l’importance d’une institution qui scolarise un cinquième des enfants en moyenne, proportion pouvant s’élever à la moitié et même plus, dans certaines régions, comme l’Ouest.

Si certains collèges catholiques ont donné lieu à des monographies rétrospectives — genre déjà ancien, qui se renouvelle jusqu’aujourd’hui — les écoles primaires catholiques sont moins connues. Les histoires générales du système éducatif leur réservent une place plus ou moins importante.

Quant aux ouvrages dédiés, les références sur le sujet ne sont pas légion : on relèvera essentiellement une utile synthèse, mais de portée forcément générale, due à Marcel LAUNAY, et une grande thèse de fond, celle d’André LANFREY. Dans l’un et l’autre cas, il s’agit au demeurant d’une histoire portant surtout sur les questions institutionnelles, idéologiques. » (p. 25)

Il ajoutait à propos du problème de l’origine des sources :

« L’histoire de l’enseignement primaire catholique vérifie l’axiome de toute recherche : les archives n’existent pas, au départ, pour les historiens, mais pour le service quotidien des institutions ou personnes qui les produisent et sont mues par des préoccupations tout autres qu’historiques. D’où l’étonnement ou la déception, fréquentes et bien connues chez le chercheur débutant, et plus encore le chercheur débutant en histoire du système éducatif catholique (…). » (p.26)

« Lorsqu’il se tourne vers les archives privées — au sens large du terme, tel qu’on l’entend en histoire religieuse — le chercheur se heurte à la grande dispersion et à la grande variabilité, dans le temps, des principaux acteurs dans le champ scolaire catholique. » (p.27)

(Voir : LAUNAY Michel, « Les sources privées de l’histoire du catholicisme contemporain dans la région nantaise », dans Enquêtes et documents, Centre de recherche sur l’histoire de la France atlantique, Nantes, 1980, p. 171-181.

« Le renforcement du caractère associatif des établissements d’enseignement catholique) ne garantit pas toujours la conservation des papiers, et il peut arriver que la quête d’archives se résume assez vite en la chronologie des déménagements successifs, qui sont hélas souvent l’occasion d’autant de délestages ou d’autodafé. Pour un diocèse comme Rennes, où l’enseignement primaire privé est une institution assurément considérable, scolarisant entre les deux guerres une courte majorité des enfants, cela se traduit en tout et pour tout, pour la période antérieure à 194$, par deux registres du personnel. Il faut imaginer que ces registres ont constitué la seule source ultérieure, mince et fragile, pour l’établissement des retraites des personnels concernés. » (p. 29)

LAGRÉE Michel, « L’histoire de l’enseignement primaire catholique. Le problème des sources », in « L’enseignement catholique en France aux XIXe et XXe siècle, Numéro thématique, Revue d’histoire de l’Église de France, 1995, p. 25-34

Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un media numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique

Le site est supporté par une structure associative et collaborative, indépendante, sans publicités et sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons.
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://.
Référence du présent article : http://www.savigny-avenir.fr/2016/09/03/histoire-de-lecole-primaire-catholique-de-saint-jean-de-monts/


 

This entry was posted in Enseignement catholique, Histoire des établissements d'enseignement, Manuels scolaires, Saint-Jean-de-Monts, Vendée. Bookmark the permalink.

Comments are closed.