Les pratiques sociales et politiques sont à la recherche permanente du commun (Pascal Nicolas-Le Strat)

Ce que l’on appelle « le commun » est aujourd’hui au cœur des luttes sociales et écologiques. Il est au centre d’une multiplicité d’expérimentations qui transforment en profondeur les formes de vie et les activités sociales et politiques. Qu’il s’agisse des biens communs du numérique, des ressources naturelles, des pratiques collectives, de la vie municipale, de la vie associative, des enjeux communautaires, des savoirs expérientiels… le commun est partout présent dans notre quotidien. Le sociologue Pascal NICOLAS-LE STRAT pose cette question : Comment instituer démocratiquement du commun ? (1)

Réseaux. Quel est le fil de la démocratie ?
©  Photo CAD / BM
  • Comment pouvons-nous décaler par rapport aux modèles dominants?
  • Comment rouvrir nos imaginaires ?
  • Comment agir ensemble pour développer la part commune de nos vies et de nos activités ?

Le commun est aujourd’hui « mis au travail » par de nombreux collectifs qui refusent de se laisser déposséder de leur vie et de leurs espoirs par les immobilismes des pouvoirs en place, créateurs et défenseurs de gouvernances étatiques, publiques, territoriales, associatives…, toutes lourdement technocratisées et bureaucratisées, vivant dans l’auto-légitimation permanente, et marquées par un fonctionnement arbitraire et inégalitaire.

Pascal NICOLAS-LE STRAT écrit : « Le travail du commun puise son énergie émancipatrice dans une double critique :

  • la critique de l’État qui dépossède les citoyens de l’administration des biens et services d’intérêt collectif,
  • la critique du marché qui isole les individus et corrompt systématiquement les possibilités de partage et de mutualisation ».

Nous y ajouterons pour notre part :

  • la critique des institutions, des collectivités, des associations.. qui renforcent les dépossessions et altérations (la corruptio des romains) à l’égard des citoyens, des électeurs, des contribuables, des usagers, des adhérents, des clients…

Le travail du commun témoigne d’une volonté d’agir en commun pour construire les communs indispensables à une vie plus juste et plus égalitaire, plus démocratique et plus ouverte, que ce soit dans notre vie quotidienne avec le désir de renouer avec des formes de vie plus conviviales et plus solidaires, ou que ce soit dans nos activités professionnelles et militantes dans un idéal de coopération et d’autonomie.

RÉFÉRENCES
1. NICOLAS-LE STRAT Pascal,
Le travail du commun, Éditions du commun, 2016, 310 p. ISBN : 979-10-95630-04-3

Pascal NICOLAS-LE STRAT est sociologue. Il est actuellement professeur en sciences de l’éducation à l’Université Paris 8 / Saint-Denis et chercheur au laboratoire Experice (Éducation Tout au Long de la Vie), après avoir exercé pendant de nombreuses années à l’Université Paul Valéry /Montpellier 3. Il est co-initiateur du projet des Fabriques de sociologie http://www.fabriquesdesociologie.net/
Ses travaux et ses articles sont en libre accès sur son site personnel http://www.www.le-commun.fr/

ARTICLES EN LIGNE

MÉRIGOT Bernard, « Gouvernance des associations environnementales locales et démocratie», http://www.savigny-avenir.info.

http://www.savigny-avenir.fr/offre/programmes-en-cours/gouvernance-des-associations-environnementales-locales-et-democratie/

Mention du présent article http ://www.savigny-avenir.info
ISSN 2261-1819
Dépôt légal du numérique, BNF 2016

This entry was posted in "Nonprofit organisation (NPO)", Accès aux informations publiques, Accès citoyen aux documents publics locaux, Action politique locale, Action publique, Analyse institutionnelle, Anthropologie de la citoyenneté, Attentes citoyennes, Bonheur démocratique, Commun, Défense des consommateurs, Défense des électeurs, Démocratie associative, Démocratie collaborative, Démocratie locale, Démocratie numérique, Écocitoyenneté, Environnement, Essonne Nature Environnement (ENE), Exercice du pouvoir politique, Expertise citoyenne, Gouvernance associative, Gouvernance communautaire, Gouvernance locale, Gouvernance ouverte, Gouvernement ouvert, Humanités digitales (Digital Humanities), Interpellation citoyenne, Monde commun, Participation citoyenne, Politiques publiques and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.