La pensée politique de William Shakespeare. 400e aniversaire de sa mort (1616- 2016)

« Le théâtre, c’est juste un moyen de comprendre le monde. Aucune pensée ne peut changer le monde. C’est l’action qui change le monde », écrit le metteur en scène allemand Thomas OSTERMEIER, qui a mis en scène plusieurs pièces de William SHAKESPEARE. (1)

William SHAKESPEARE
©  Photo CAD / BM 2016

Il y a 400 ans, le 23 avril 1616, William SHAKESPEARE décédait à l’âge de 52 ans, laissant derrière lui une quarantaine de pièces.

Le théâtre par les émotions qu’il engendre, les rires qu’il autorise, les troubles qu’il suscite, les réflexions qu’il alimente, permet une lecture un distanciée du monde et de l’histoire. « L’histoire au théâtre est faite de ruptures et de continuités, de reculs et d’avancées, d’imprévisibilité et de prévisibilité, de spectaculaire et de discrétion, de confusions entre les évènements déclenchant et les évènements révélateurs. » (2)

  • Comment vivre ensemble quand on est différent ?
  • La démocratie est-elle le pire des régimes à l’exception de tous les autres ?
  • N’avons-nous le choix qu’entre la démagogie des tribuns et la tyrannie des hommes forts ?
  • Faut-il préférer la sécurité à la liberté, et l’ordre à la justice ?

Autant de problèmes abordés par Shakespeare dans son ultime tragédie, Coriolan. Située dans la Rome républicaine balbutiante (en -488 avant JC), et écrite dans l’Angleterre moderne naissante (1607), cette pièce expose des enjeux d’une actualité déchirante pour les démocraties en souffrance. Elle en exprime les conflits inexpiables, les déséquilibres perpétuels, les contradictions vertigineuses, les fondements, les fins, les failles et les crises de la démocratie actuelle. Elle permet une triple approche, celle du pire régime, celle du règne de la représentation, celle du héros incertain des masses.

Shakespeare and Company
37 rue de la Bucherie, 75005 Paris,
©  Photo CAD / BM 2016

RÉFÉRENCES
1. Thomas OSTERMEIER
(né en 1968 à Soltau) a mis en scène plusieurs pièces de William SHAKESPEARE :

  • 2006, Le Songe d’une nuit d’été
  • 2008, Hamlet. Création Festival d’Avignon. Reprise Schaubühne
  • 2010, Othello ou le Maure de Venise, Odéon Théâtre de l’Europe
  • 2011, Mesure pour mesure, Théâtre d’Épidaure, Schaubühne
  • 2015, Richard III, Festival d’Avignon (Opéra Grand Avignon)

2. THÉÂTRE DE l’AGORA (Évry), De mars à juin 2016, 42 p.

MÉRIGOT Bernard, « L’acte politique est-il rationnel ? (William Shakespeare) », 11 mars 2013. http://www.savigny-avenir.fr/2013/03/11/lacte-politique-est-il-rationnel-william-shakespeare/

MÉRIGOT Bernard, « En politique, « rien ne plaît jamais que l’extraordinaire » (William Shakespeare) », 3 octobre 2011. http://www.savigny-avenir.fr/2011/10/03/en-politique-rien-ne-plait-jamais-que-lextraordinaire-william-shakespeare

Philippe CLÉVENOT (1942-2001) interprête Macbeth
Festival d’Avignon, 1985

Mise en scène de Pierre VINCENT

ARTICLES EN LIGNE

COMMENTAIRE DU 25 avril 2016
Les représentations du Richard III de William SHAKESPEARE, mise en scène par Thomas OSTERMEIER, ont eu lieu les 6, 7, 8, 9, 11, 12, 13, 14, 16, 18 juillet 2015 à Avignon.
L’enregistrement de 2 H 30 est à nouveau diffusée le mercredi 27 avril 2016 sur la chaine de télévision Arte.

Mention du présent article http ://www.savigny-avenir.info
ISSN 2261-1819
Dépôt légal du numérique, BNF 2016

 

This entry was posted in Idées politiques, Pathologies du pouvoir politique, Philosophie politique, Science politique, Shakespeare William. Bookmark the permalink.

Comments are closed.