Regard des sciences humaines sur les conditions de l’exilé (Alexis Nouss)

LA LETTRE DU LUNDI DE MIEUX ABORDER L’AVENIR, n°225, 5 décembre 2016

Étranger, dont la voile a si longtemps longé nos côtes
(et l’on entend parfois de nuit le cri de tes poulies)
Nous diras-tu quel est ton mal,
et qui te porte, un soir de plus grande tiédeur,
à prendre pied parmi nous sur la terre coutumière?

Saint-John Perse, Amers (1957), Oeuvres complètes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1972, p. 321.

Littexil, 1er Salon des littératures et de la migration organisé par le Collège d’études mondiales, la Fondation Maison des Sciences de l’homme, et le Musée national d’histoire de l’immigration, Péniche Antipode, 55 quai de Seine, Paris, 11 décembre 2016 Affiche

UN HABITANT DE LA PLANÈTE SUR SEPT EST UN EXILÉ

Le phénomène migratoire est aujourd’hui globalement en augmentation dans le monde. En 2016 on estime à un milliard le nombre de personnes exilées, soit un habitant de la planète sur sept. Sans compter les exiles à l’intérieur de leur propre pays : la Syrie compte à l’intérieur de ses frontières 6 millions de déplacés sur une population totale de 23 millions d’habitants, soit un quart des habitants qui ont du quitter leur domicile et fuir loin de leur région de naissance, de famille, de travail.

Il existe des cartographies menaçantes qui représentent l’Europe cernée par des flux migratoires convergents, symbolisés par des flèches de différentes épaisseurs provenant d’Afrique ou du Moyen-Orient. Elles représentent des colonnes de populations appauvries, persécutées et misérables, prêtes à fondre sur le vieux continent.

DU « DROIT D’ASILE» AU « DROIT D’EXIL »

La figure de l’exilé est devenue un type humain universel. Nombre d’écrivains et d’artistes ont vécu cette condition. Jusqu’à présent seule la littérature ou la philosophie lui accordait – en quelque sorte – un « droit d’asile » à savoir une véritable reconnaissance, la plupart du temps, durement obtenue par les intéressés.

Aujourd’hui, les sciences humaines et les sciences sociales s’intéressent au sort des exilés, le plus souvent sous l’angle de l’intégration ou bien dans une perspective historique. Un domaine de recherche spécifique se développe en milieu anglophone, les « exile studies ». En France, Alexis NOUSS plaide pour que le phénomène migratoire – incontrôlable et disséminé – ne soit plus relégué dans l’invisibilité, dans l’indifférence, et dans l’instrumentalisation. Face à la réalité massive que nous connaissons il convient d’intégrer l’exil dans une définition renouvelée des droits humains. Et en lieu et place du droit d’asile qui s’avère défaillant, il propose d’établir les fondements d’un droit d’exil. (1)

Pour Alexis NOUSS, l’exiliance est « un noyau existentiel commun à toutes les expériences exiliques, du poète banni au réfugié, de l’apatride au sans-papier ». Il distingue trois types de vécu exilique :

  • sociologique, en s’aidant sur l’histoire et la géographie,
  • métaphysique, en s’aidant de la religion et toutes les formes de spiritualité,
  • existentiel enfin.

Il précise qu’il s’agit d’un sentiment complexe et exigeant : « une étrangeté au milieu environnant, un âpre étonnement devant les faits et les gestes du quotidien, la tentation du mutisme comme devant une langue inconnue. » (2)

Littexil, 1er Salon des littératures et de la migration organisé par le Collège d’études mondiales, la Fondation Maison des Sciences de l’homme, et le Musée national d’histoire de l’immigration, Péniche Antipode, 55 quai de Seine, Paris, 11 décembre 2016 Dessin original de l’affiche. © Béa N.

DOCUMENT

LITTEXIL 1er Salon des littératures et de la migration Exposition, tables rondes, vente de livres Dimanche 11 décembre 2016

1er Salon des littératures et de la migration organisé par Collège d’études mondiales, la Fondation Maison des Sciences de l’homme, et le Musée national d’histoire de l’immigration, Péniche Antipode, 55 quai de Seine, Paris, (3)
Parce que, de l’Ulysse d’Homère à celui de Joyce, l’histoire de la littérature ne cesse de raconter l’exil. Parce que, depuis Ovide, Dante et Victor Hugo, l’histoire de la littérature est peuplée d’auteurs exilés. Parce que les migrants d’aujourd’hui doivent produire des récits afin d’obtenir refuge et des témoignages afin d’exister, Il importe de dédier un espace consacré à l’expression littéraire comme dispositif autre d’appréhension et de compréhension des mouvements migratoires. Alexis NOUSS
  • Migrations : lorsque les sciences humaines prennent les chemins de la création. Table ronde avec Michel Agier (anthropologue), Jérémy Beschon (metteur en scène), Laetitia Tura (cinéaste), Tassadit Yacine (anthropologue). Modération : Marie Poinsot, responsable du département Editions au Musée national de l’histoire de l’immigration
  • Dire l’exil au féminin: les pouvoirs de la littérature Table ronde avec Patrick Bard (Poussières d’exil), Doan Bui (Le silence de mon père), Ana Paula Coutinho (Passages et naufrages migrants), Luba Jurgenson (Une autre vie). Modération : Alexis Nouss, titulaire de la chaire « Exil et migrations » au Collège d’études mondiales.

    Expo-vente de livres liés aux thèmes de l’exil et de la migration, et séance de signatures.

RÉFÉRENCE COLLÈGE D’ÉTUDES MONDIALES ET MUSÉE NATIONAL D’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION, Littexil, 1er Salon des littératures et de la migration, Péniche Antipode, 55 quai de Seine, Paris, 11 décembre 2016. http://www.fmsh.fr/fr/c/9328

 

Littexil, 1er Salon des littératures et de la migration organisé par le Collège d’études mondiales, la Fondation Maison des Sciences de l’homme, et le Musée national d’histoire de l’immigration, Péniche Antipode, 55 quai de Seine, Paris, 11 décembre 2016 Programme

RÉFÉRENCES

1. NOUSS Alexis, Les conditions de l’exilé. Dossier de presse, Novembre 2016, Fondation Maison Sciences de l’Homme, Paris.

2. NOUSS Alexis (Alexis NUSELOVICI), « Exiliance, condition et conscience » : http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00861246.

3. COLLÈGE D’ÉTUDES MONDIALES ET MUSÉE NATIONAL D’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION, Littexil, 1er Salon des littératures et de la migration, Péniche Antipode, 55 quai de Seine, Paris, 11 décembre 2016. http://www.fmsh.fr/fr/c/9328

La Lettre de Mieux Aborder l’Avenir, n°225, lundi 5 décembre 2016

Mention du présent article http ://www.savigny-avenir.info ISSN 2261-1819 Dépôt légal du numérique, BNF 2016

This entry was posted in Exil, Fondation Maison des sciences de l'Homme (FMSH), Migration, Sciences sociales. Bookmark the permalink.

Comments are closed.