Anthropologie et linguistique. La singulière correspondance entre Claude Lévi-Strauss et Roman Jacobson (1942-1982)

LA LETTRE DU LUNDI DE MIEUX ABORDER L’AVENIR, n°335, lundi 14 janvier 2019

Pendant quarante années, de 1942 à 1982, l’anthropologue Claude LÉVI-STRAUSS (1908-2009) et le linguiste Roman JACOBSON (1896-1982) ont échangé des lettres. Cette « correspondance »  vient d’être publiée pour la première fois en 2018. (1) Il existait une prédisposition pour que ce corpus, fait de deux ensembles de lettres adressées « de l’un à l’autre, et de l’autre à l’un », soit reconstitué et publié. Mais rien ne le garantissait. Leur contenu n’est pas anecdotique. Il concerne l’histoire des idées et l’histoire des sciences humaines et sociales.

Olivier DOUVILLE dans la présentation qu’il a faite lors de la séance du 8 janvier 2019 du Séminaire Anthropologie, psychanalyse et politique (2), a indiqué les trois raisons pour lesquelles cette  publication était précieuse :

  • « elle rend tout d’abord compte de la genèse de l’imposition des modèles linguistiques sur le structuralisme de Claude Lévi-Strauss,
  • elle met en scène l’ambition d’unifier les sciences sociales et les sciences du vivant dans une même approche « holistique » , c’est-à-dire globale (3)
  • elle offre un regard le fonctionnements des institutions auxquelles ont appartenu Claude LÉVI-STRAUSS et Roman JAKOBSON, tant en France qu’aux États-Unis. » (4)

Monique SELIM et Olivier DOUVILLE. « La correspondance entre Claude LÉVI-STRAUSS et Roman JACOBSON : des paradigmes actuels ? » Séance du 8 janvier 2019 du Séminaire Anthropologie, psychanalyse et politique. Regards sur les terrains, Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), Maison Suger, 16 rue Suger, Paris 6e. © Photographie Bernard Mérigot/CAD.

SINGULIÈRES CORRESPONDANCES

Une « correspondance » est un rapport entre des choses ou des personnes. Quel type de rapport ? Quelles choses ? Quelles personnes ? Rapport au temps d’abord, puisque l’échange de lettres entre Claude LÉVI-STRAUSS et Roman JACOBSON dure quarante années, de 1942 à 1982. C’est-à-dire pendant une période considérable par rapport à la vie humaine : elle représente un peu plus d’une génération, ou encore presque un demi-siècle. Il est évident que Claude LÉVI-STRAUSS n’est pas tout à fait le même en 1982 (il a 74 ans) qu’en 1942 (il a 34 an). Pas plus que le Roman JACOBSON n’est le même en 1982 (il a 86 ans) qu’en 1942 (il a 46 ans)

Il faut reconstituer le contexte historique des idées durant cette période qui s’étend depuis le milieu de la Seconde guerre mondiale jusqu’au monde moderne de la fin du XXe siècle, ainsi que leurs deux pays de référence, la France et les États-Unis,  qui passent de Philippe PÉTAIN à François MITTERRAND, et de ROOSEVELT à Jimmy CARTER.

STRUCTURES ET STRUCTURALISME
La Grande affaire

La grande affaire qui les occupe tous les deux, et qui est présente dans leurs échanges, concerne le structuralisme, c’est-à-dire un projet, une invention, une élaboration, une théorie. Le structuralisme les travaille l’un et l’autre.

Le mot de structuralisme désigne un ensemble de plusieurs courants de pensée apparus en sciences humaines et sociales au milieu du XXe siècle. Il s’est organisé à partir des années 1950-1979 autour d’un petit nombre de « personnalités-phares » comme Roman JACOBSON, Claude LÉVI-STRAUSS, Roland BARTHES, Jacques LACAN, Michel FOUCAULT, Louis ALTHUSSER, avant d’envahir les champs linguistiques, anthropologiques, littéraires, psychanalytiques, philosophiques, et médiatiques.

On qualifie le caractère des courants structuralistes, d’holistique, c’est-à-dire de global. Ils ont en commun la notion de structure qui constitue un modèle théorique inconscient, non explicite et non perceptible. Ce modèle organise la forme et l’organisation des objets étudiés en constituant un système, en mettant l’accent davantage sur les relations qui unissent les unités élémentaires, que sur elles-mêmes.

LES INVARIANTS

Le débat sur les invariants (Pour ou contre les invariants ?) peut sembler à la fois abstrait et dérisoire. Emmanuelle LOYER et Patrice MANIGLIER notent que l’un et l’autre furent « des médiateurs entre l’abstraction de la science  et l’expérience sensible ». Pour preuve, le fait que Claude LÉVI-STRAUSS, faisant l’éloge de Roman JACOBSON en 1982, fixe un objectif :  concilier le sens de la variation et la recherche des invariants, ne pas opposer la passion pour le singulier, le différent, l’unique et le souci des formes universelles.
Faire des structures invariantes des matrices de variation ?  La réponse risque de choquer par sa banalité : nous n’avons rien de commun sinon ce qui nous fait différer les uns des autres ! « Il ne s’agit pas seulement d’appliquer ce principe à l’humanité, mais aussi au concert de la diversité biologique et cosmique », écrit Claude LÉVY-STRAUSS  dans l’éloge qu’il adresse à Roman JACOBSON. On le voit, leur projet est d’ampleur, le désir de théorie est sans limite.

Olivier DOUVILLE, « La correspondance entre Claude Lévi-Strauss et Roman Jakobson : Des paradigmes actuels ? », Séminaire de l’Association française des anthropologues (AFA) « Anthropologie, psychanalyse et politique. Regards sur les terrains », Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), Maison Suger, 16 rue Suger, Paris 6e, Séance du 8 janvier 2018. © Photographie Bernard Mérigot/CAD.

L’HISTOIRE DE DEUX COPAINS ?

L’histoire de LÉVI-STRAUSS et de JACOBSON serait tout simplement l’histoire de deux copains. Le premier est né à Bruxelles en 1908. Le second est né à Moscou en 1896. En 1941, ils se rencontrent tous les deux à New York. LÉVI-STRAUSS a 33 ans. JACOBSON a 45 ans. En 1948, LÉVI-STRAUSS quitte New York pour Paris. Alors il vont s’écrire pendant quarante ans, jusqu’en 1982, date de la mort de JACOBSON.

Claude LÉVI-STRAUSS commence par enseigner la philosophie en 1930, puis se spécialise en ethnologie au Brésil. Roman JACOBSON, après des études de linguistique, enseigne à Prague (Tchécoslovaquie), puis au Danemark, en Norvège et en Suède. Roman JACOBSON est professeur à l’université de Harvard aux États-Unis en 1949. Claude LÉVY-STRAUSS est professeur au Collège de France en 1959 et membre de l’Académie française en 1973. Leurs livres sont des best-sellers dont l’audience touchent les deux côtés de l’Atlantique et au-delà, elle est mondiale.

HISTOIRE D’INSTITUTIONS

L’un et l’autre sont comblés d’honneurs jusqu’à leur mort, Roman JACOBSON en 1982, et Claude LÉVI-STRAUSS en 2009. L’histoire des deux hommes est aussi une histoire institutionnelle. Les positions qu’ils occupent n’est pas déconnectée des pouvoirs politiques nationaux ou des  instances  internationales (notamment l’UNESCO pour Claude LÉVI-STRAUSS). Chacun est entouré d’une cour d’élèves, de disciples, de proches. Chacune évolue dans le temps au gré des influences concernant les nominations à tel ou tel poste.

LÉVI-STRAUSS, AUTEUR DE SUJETS DE BAC

« Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie », cette phrase extraite de Race et Histoire (1952), est l’un des nombreux textes de Claude LÉVI-STRAUSS à être devenu un sujet de baccalauréat et d’examen scolaire et universitaire. Une telle phrase, permet d’innombrables variations (du genre « Le structuralisme, c’est d’abord l’homme qui croit à la structure »).

Claude LÉVI-STRAUSS est un auteur « du programme » scolaire et universitaire. Sa vie et son oeuvre sont devenues des activités de révision pour le  baccalauréat.

LÉVI-STRAUSS (Claude). Anthropologue né en 1908 à Bruxelles. Son approche des sociétés humaines est structuraliste, en ce qu’il s’attache à déchiffrer des structures invariantes du comportement social. Il tient l’interdit de l’inceste comme l’acte culturel décisif qui fonde la vie sociale, dans la mesure où il témoigne de la règle de l’échange à l’œuvre dans toute société. »
Réviser son bac avec Le Monde,
2013. https://www.lemonde.fr/revision-du-bac/annales-bac/philosophie-terminale/levi-strauss-claude_ix151.html

UN RÊVE PARTAGÉ

Comment qualifier Claude LÉVI-STRAUSS et Roman JACOBSON ? Des professeurs ? Des savants ? On serait tenté d’user d’un mot décalé – qui n’existait pas à leur époque – apparu sur les réseaux sociaux dans les années 2010 : celui d’ « influençeurs ». Ils ont été l’un et l’autre deux influençeurs de l’université et du monde des idées. Ils sont à l’origine de multiples rêves.

Rêves personnels. L’anthropologue et le linguiste ont tous les deux partagé un projet : celui d’élaborer une théorie générale unifiant les sciences humaines et les sciences sociales. Cette aventure a porté un nom : le structuralisme. Ils ont rêvé à deux.
Rêves d’études, rêves de recherches, rêves d’enseignement, rêves d’écritures, rêves de publications.
Rêves générationnels. Ils ont fait rêver les sciences humaines et les sciences sociales dans leur ensemble, c’est-à-dire tous qu’ils ont ils fait rêver les générations nés 1930/1960, celles qui avaient entre 20 et 50 ans dans les années 1950/1980.
Rêves de carrière. Et aussi rêves de « leadership », de position dominante sur les esprits des deux côtes de l’Atlantique.

Ils ont illustré un moment d’échange entre la France et les États Unis, une French Connexion pour reprendre l’expression utilisée par Sylvère LOTRINGER pour qualifier la diffusion des travaux de travaux de Gilles DELEUZE, de Félix GUATARI, de Michel FOUCAULT dans les années 1975. (4)

La « Résidence Claude Lévi-Strauss à Saint-Denis » (Seine-Saint-Denis). Il existe une anthropologie de la notoriété. Quand et qui attribue un nom de personne à une rue, à une école, à une résidence ? 2 décembre 2016. © Photographie Bernard Mérigot/CAD.

RÉFÉRENCES

1. LÉVI-STRAUSS Claude et JACOBSON Roman, Correspondance (1942-1982), Seuil, 2018, 448 p. Traduction de Patrice Maniglier.

2. Le holisme (du grec holos signifiant « la totalité, l’entier ») est un néologisme forgé par l’avocat, militaire, homme d’état et philosophe Sud-africain Jan Christiaan SMUTS (1870-1950) dans son ouvrage Holism and Évolution (1926).

Le holisme :

  • explique qu’un phénomène est un ensemble indivisible et que la somme de ses parties ne suffit pas à le définir,
  • prend en compte « la tendance dans la nature à constituer, au travers d’une évolution créatrice, des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties ».
  • est opposée au réductionnisme qui tend à expliquer un phénomène en le divisant en parties.

3. DOUVILLE Olivier, « La correspondance entre Claude Lévi-Strauss et Roman Jakobson : Des paradigmes actuels ? », Séminaire de l’Association française des anthropologues (AFA) « Anthropologie, psychanalyse et politique. Regards sur les terrains », Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), Maison Suger, 16 rue Suger, Paris 6e, Séance du 8 janvier 2018.

4. Deux articles sur la diffusion de la Schizo-culture française aux États-Unis en 1975 :

LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

  • Monique SELIM et Olivier DOUVILLE. « La correspondance entre Claude LÉVI-STRAUSS et Roman JACOBSON : des paradigmes actuels ? » Séance du 8 janvier 2019 du Séminaire Anthropologie, psychanalyse et politique. Regards sur les terrains, Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), Maison Suger, 16 rue Suger, Paris 6e. © Photographie Bernard Mérigot/CAD.
  • Olivier DOUVILLE, « La correspondance entre Claude Lévi-Strauss et Roman Jakobson : Des paradigmes actuels ? », Séminaire de l’Association française des anthropologues (AFA) « Anthropologie, psychanalyse et politique. Regards sur les terrains », Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), Maison Suger, 16 rue Suger, Paris 6e, Séance du 8 janvier 2018. © Photographie Bernard Mérigot/CAD.
  • La « Résidence Claude Lévi-Strauss à Saint-Denis » (Seine-Saint-Denis), 2 décembre 2016. Il existe une anthropologie de la notoriété. Quand et qui attribue un nom de personne à une rue, à une école, à une résidence ? © Photographie Bernard Mérigot/CAD.

Articles d’Olivier DOUVILLE sur Claude LÉVI-STRAUSS (en ligne)

Olivier DOUVILLE est l’auteur de nombreuses publications. Parmi celles qui portent sur Claude LÉVI-STRAUSS, certaines sont en ligne. Nous citerons :

La Lettre du lundi de Mieux Aborder l’Avenir
n°335, lundi 14 janvier 2019

Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un media numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique, 2018

Le site est supporté par une structure associative et collaborative, indépendante, sans publicités et sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons.
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://.
Référence du présent article : http://www.savigny-avenir.fr/2019/01/14/anthropologie-et-linguistique-la-singuliere-correspondance-entre-claude-levi-strauss-et-roman-jacobson-1942-1982/

This entry was posted in Anthropologie, DELEUZE Gilles, DOUVILLE Olivier, GUATTARI Félix, JACOBSON Roman, LACAN Jacques, LÉVI-STRAUSS Claude, Linguistique, Schizo-culture, SELIM Monique. Bookmark the permalink.

Comments are closed.